DIERRE POUR CASE DI LUCE, LE PROJET DE PEDONE WORKING. - Dierre

Produits

Choisir Dierre, c'est s'appuyer sur un partenaire unique pour votre maison. Nous vous garantissons des solutions de verrouillage technologiques avec un niveau de personnalisation presque artisanal, une qualité unique et les normes les plus élevées en matière de tests de sécurité. La carte de visite parfaite pour votre maison.

Blindées
Hôtels
Quincailleries
Garage
Intérieures
Panneaux
Coupe-feu et multifonction
Portes coulissantes
Retour
mai 2021 | News

DIERRE POUR CASE DI LUCE, LE PROJET DE PEDONE WORKING.

Le projet Case di Luce est né du respect des caractéristiques bioclimatiques du site et constitue le plus grand complexe d'Europe bâti en chanvre et chaux.

DIERRE POUR CASE DI LUCE, LE PROJET DE PEDONE WORKING.

Dierre a participé à cette réalisation avec ses portes blindées Synergy Out. Lisez l’interview de Massimo Pedone, co-fondateur de Pedone Working, pour en savoir davantage.

Nous vous demandons de nous présenter brièvement Pedone Working.  Comment le décririez-vous en quelques mots ?

Notre Groupe se compose de deux sociétés :  Pedone Working S.r.l., entreprise de construction générale spécialisée depuis plus de 20 ans dans le bio-bâtiment. Pedone Working S.r.l. se distingue par l’utilisation de matériaux naturels dans la réalisation de projets immobiliers directs ou de contrats privés ; cette particularité a été reconnue au niveau national avec le Prix du développement durable en 2018, et au niveau international avec les Green Building Solutions 2016.

Le cabinet de design PS_architetture, quant à lui, se consacre à la recherche conceptuelle ainsi qu’à la recherche et au développement. Ici aussi, le cabinet s’inspire des matériaux naturels et des principes bioclimatiques pour obtenir le bien-être à la maison. PS_architetture, en plus d’avoir remporté deux fois le Cube d’or des Prix CasaClima, a également gagné, en collaboration avec d’autres collègues, le Concours international de design pour la mise en valeur et la reconversion intégrée de la côté d’Ugento, dans le Salento (région des Pouilles, en Italie).

PS_architetture travaille en synergie avec Pedone Working S.r.l., ainsi que pour le compte de clients privés et publics Depuis plus d’une décennie, ces deux entités ont concentré leur intérêt sur l’exploitation du chanvre dans le bâtiment, devenant des leaders dans l’utilisation et le développement de technologies de construction avec ce matériau Depuis quelques années, le Groupe s’est également engagé dans la production et le développement technologique sous la marque « BIOMat canapa ».

Quand et comment le projet Case di Luce a-t-il vu le jour ?

Nous sommes dans les Pouilles, précisément à Bisceglie, et le projet fait partie d’un plus vaste programme de reconversion urbaine.

Il a débuté en 2008, confronté à d’innombrables problèmes administratifs découlant de l’idée de vouloir intégrer des logements privés dans un jardin public. Le plan consistait à acquérir cet espace vert, dont la municipalité ne disposait pas.

Cette « éthique » vis-à-vis de la collectivité a permis aux travaux de construction de commencer seulement quelques années plus tard, aboutissant à l’achèvement du premier bâtiment Case di Luce en 2016. Le deuxième bâtiment Case di Luce nel Verde est actuellement en cours de construction et sera achevé à l’automne.

Le bioclimatisme est à la base des choix de conception des deux bâtiments. Ainsi, en fonction des différentes orientations, le projet Case di Luce permet au bâtiment de puiser un maximum de chaleur en période hivernale, grâce aux apports gratuits des serres solaires.
Dans le projet Case di Luce nel Verde, une conception ciblée a permis au bâtiment de gagner en fraîcheur en été grâce à des études spécifiques sur le rayonnement et la ventilation naturelle. Gli espaces de distribution horizontale et verticale du bâtiment sont conçus comme de véritables canaux de ventilation pour obtenir une température douce qui est utilisée par le système de ventilation, permettant ainsi un refroidissement naturel.

La réalisation soignée d’une enveloppe naturelle, entièrement constituée de chaux et de chanvre, assure ensuite une très haute efficacité thermique, hygroscopique et sonore, d’où un bien-être imbattable. L’Enea et l’École Polytechnique de Bari, à travers des campagnes de mesures, ont certifié qu’à l’intérieur des maisons, sans aucune autre installation, dans des conditions « de repos », il est possible de maintenir une température d’environ 20°C en hiver et d’environ 26°C en été, avec un taux d’humidité compris entre 55% et 60%.

Les portes blindées de la ligne Synergy Out ont été choisies pour Case di Luce. Pourquoi ces produits ont-ils fait la différence ?

En effet, pour Case di Luce et Case di Luce in Verde, nous avons choisi la porte Synergy Out.

Le choix s’est porté sur cette porte car l’objectif était précisément d’obtenir des performances thermiques et hygrométriques avec une moindre dispersion d’air, et Synergy Out garantit tout cela grâce à son enveloppe hautement isolée.

Correction du pont thermique entre le soubassement et le cadre, bonne performance thermique et excellente étanchéité à l’air de la porte : telles étaient les trois promesses du produit, et nous pouvons dire qu’elles ont été brillamment tenues !  Nous avons eu la preuve de leur caractère tangible grâce aux données mesurées par l’Enea et l’École Polytechnique de Bari, ainsi que par le degré de satisfaction de nos clients.

Quelle est votre vision de l'avenir de l'architecture ? Dans quelle direction se dirige-t-elle et
Comment la durabilité est-elle en train de la transformer ?

Aujourd’hui, l’on parle beaucoup de durabilité en architecture, et je dirais même que ce terme est galvaudé, car je ne rencontre que rarement une « vision » globale de la véritable durabilité.  Je dirais qu’il existe aujourd’hui différentes façons de penser : il y a ceux qui considèrent que la simple utilisation de matériaux isolants synthétiques suffit à rendre l’architecture « durable », en oubliant que la production de ces mêmes matériaux augmente les émissions de CO2 dans l’atmosphère.

Il y a ensuite ceux qui ont décliné le « vert » comme un véritable langage architectural Dans ce cas, derrière la « robe verte » se cache parfois une architecture conçue de manière durable.

Dans le monde actuel du « copier-coller », nous retrouvons souvent des projets identiques dans des contextes architecturaux, environnementaux et climatiques complètement différents les uns des autres. Ainsi, des bâtiments similaires sont « recopiés » en Amérique du Sud, ainsi qu’en Asie et en Europe du Nord !

Nous avons une philosophie différente. Nous partons du principe que toute intervention sur un bâtiment laisse une « empreinte » négative sur l’environnement, mais nous savons que le « poids » de cette empreinte peut varier en fonction du projet et de la technologie de construction utilisée.

Nous utilisons la nature comme un « matériau de construction”, en rendant l’impact environnemental de notre projet aussi faible que possible ; parfois, l’utilisation de briques de chanvre permet même de neutraliser le poids de l’ensemble du projet de construction, car il s’agit du seul matériau à rejets de CO2 négatifs.

Dans notre processus de conception, nous partons toujours de l’analyse architecturale du site mais aussi de son analyse bioclimatique et, travaillant presque toujours dans un climat méditerranéen, nous essayons de fusionner les éléments de style de l’architecture locale avec l’utilisation de technologies de construction adaptées à un climat chaud et humide.

Je dirais qu’aujourd’hui, l’architecture a malheureusement perdu sa valeur « sociale », en raison du désintérêt constant de la société pour l’architecture (ainsi que pour de nombreuses autres formes culturelles !).  De nos jours, l’on parle à tous les niveaux de renaissance et de reconstruction « durable », mais les architectes ne sont jamais conviés aux tables de concertation, si bien que chacun essaie de trouver sa réponse personnelle à la question.

Mes réflexions sur mon rôle d’architecte sont parfaitement exprimées par la phrase du philosophe espagnol José Ortega y Gasset (1883-1955) “Je suis moi-même plus mon environnement. Si je ne préserve pas ce dernier, alors je ne me préserve pas non plus.”

DÉCOUVREZ TOUTES NOS RÉALISATIONS

Besoin d’informations supplémentaires ? Contactez-nous !